Blog

Face aux variants du virus plus contagieux, des masques plus protecteurs


Ils sont dits anglais, sud-africain, brésilien… ces variants du Covid 19 qui nous assaillent. Il faut donc, pour cela, et parce que nous avons progressé techniquement, répondre mieux, avec des masques plus efficaces. Comment ? C’est ce que nous explique Antoine Pontaillier, dirigeant de Next Safe qui a conçu, réalise, et met à disposition de notre territoire, particulièrement la Nouvelle Aquitaine, des masques filtrants.

Conversion de moyens industriels : NEXT SAFE adapte des machines, conçues initialement pour la sécurité alimentaire

Au moment de la première vague de Covid-19, Antoine Pontaillier, a réagi. Son entreprise, Next Groupe et notamment Next Emballage, spécialisée dans la fabrication de barquettes thermoformées, a dédié une partie de son outil de production à la fabrication de masques. Mais le projet ne s’est pas voulu ponctuel… c’est une entité à part entière qui a été créée : NEXT SAFE.

A l’époque, la situation de pénurie était dramatique : services de réanimation saturés et les masques produits en Chine n’en finissaient pas de se faire attendre sur le sol Français. Il y avait une question de la qualité, en plus d’une pénurie tangible. La réaction d’Antoine Pontallier a été immédiate et citoyenne ! L’entreprise Next Emballage de Nersac, en Charente, s’est ouverte à la sécurité sanitaire. Il est vrai que depuis toujours (plus de quarante ans) elle avait à cœur d’assurer la sécurité alimentaire des consommateurs. Disposant avec Next Emballage d’un outil capable de faire face, il n’était pas question de laisser la situation s’aggraver en France.  Il suffisait d’utiliser autrement son outil industriel. Antoine Pontaillier a donc décidé le 19 mars 2020, de détacher une partie des capacités de production pour se lancer dans la production de masques « made in France », de qualité supérieure, et directement disponibles sur notre territoire, pour les néo-aquitains. 

Antoine Pontaillier représente aussi un engagement citoyen

Il a offert 300.000 masques aux entreprises et artisans de sa région et créé Next Safe, puis a passé la vitesse supérieure. Une usine de 2000m2 est aujourd’hui en construction est sera achevée à la mi-février… en six mois ! Difficile de se l’imaginer, dans un contexte français très normatif… Cette usine sera capable d’assurer à elle seule en Nouvelle Aquitaine une partie de la production nationale de masques UNS1, masques médicaux et de masques FFP2. Un vrai exemple, d’engagement personnel, citoyen et de réactivité. 

Masques de protection : le seuil de qualité est fixé à 90% par l’AFNOR

Face la pénurie de masques, les autorités sanitaires ont autorisé au printemps dernier, l’utilisation de masques alternatifs à usage non sanitaire. Le but était de protéger de la projection de gouttelettes susceptibles de propulser une importante charge virale. Les masques de Next Safe ont été testés par la DGA (Direction Générale des Armées), selon un protocole respectant des spécifications de l’AFNOR (S076-001). Ce protocole définit deux groupes de masques non sanitaires. Dans la catégorie 1 on trouve des masques (UNS1) ayant un niveau de filtration d’au moins 90 % de particules biologiques de 3 µm. La deuxième catégorie (UNS2) regroupe des masques ayant une filtration supérieure à 70 %. Le coefficient de respirabilité est également mesuré. 

Mais le seuil de qualité est à 96% pour les masques de NEXT SAFE en Charente

La DGA a testé les masques grand public de Next Safe à une efficacité de 96% contre les particules de 3 microns, ce qui met les masques grand public « made in France » de Next Safe à un niveau d’efficacité similaire à certains masques chirurgicaux, tout en assurant une bien meilleure respirabilité. 

Or, 90% c’est le cap fixé par le Ministre de la Santé. Olivier Véran, en effet, affirmait sur France Inter le 19 janvier : “Restent valides tous les masques dont le pouvoir filtrant est supérieur à 90%. (…) La quasi-totalité des masques industriels grand public ont des capacités filtrantes supérieures à 90%. C’est ce qu’on appelle les masques grand public de niveau 1.” Cette exigence exclut de fait les masques en tissu qui ont fleuri sur tout le territoire. »

La réalité du marché diffère des seuils officiels

Pourtant la réalité du marché est bien différente de cet idéal de protection fixé par la DGA. Au printemps dernier les containers qui arrivaient à Rotterdam ou au Havre étaient insuffisamment testés par l’Agence du médicament et les Douanes, qui manquaient de moyens pour effectuer tests et contrôles, car l’urgence était de faire face à la pandémie. 35 % : c’est le niveau de filtration de certains masques chinois testés ultérieurement et qui sont arrivés dans les containers au printemps dernier. Très loin des standards européens, ils furent pourtant largement diffusés dans le grand public. Il fallait bien remplir les rayons des officines et des supermarchés !

Le haut niveau de protection pour la Nouvelle-Aquitaine

« Nous sommes parvenus grâce à la spécialisation de notre outil industriel à réduire les coûts de production tout en conservant la qualité de nos masques ». Conditionnés par boites de cinquante, les masques de Next Safe sont désormais à 25 centimes pièce, c’est-à-dire presque huit fois moins chers qu’il y a quelques mois. C’est un vrai petit miracle accompli par Antoine Pontaillier, reconnu pour sa réactivité. Et ce succès est dû à une rationalisation de son outil de production et l’achat en quantité importante, d’une matière première elle aussi fabriquée en France. « D’autres acteurs se sont lancés dans une production « made in France », mais avec un certain nombre de composants qui malgré tout viennent de Chine. Ce n’est pas le cas des masques de Next Safe, exclusivement réalisés avec des composants français ». 

Cette production locale permet donc un haut niveau de protection contre les nouveaux variants. Les néo-aquitains vont pouvoir souffler… et espérons-le, demeurer l’une des régions de France les moins touchées par la pandémie de Covid-19.

Contacter NEXT SAFE
Ligne directe 05 45 90 51 28 – contact@next-safe.fr

Laisser un commentaire